News / Ultrafast Oyapock - Guyane 2018

Ultrafast Oyapock – Jour 13 – de St Georges à Camopi

Ce dimanche matin, nous chargeons un camion et un pickup de toute notre cargaison. Malgré le besoin de s’alléger, il doit bien rester 400 kg de matériel.

Assis sur nos bidons d’essence, les chargeurs de pirogue attendent notre embarcation.

La pirogue ne peut être prise à St Georges car le redouté saut Maripa barre le fleuve aux piroguiers. Par sa hauteur, il est le seuil qui stope les influences de la marée dans le lit de l’Oyapock.  Après une heure de piste en latérite, nous arrivons au dégrad où notre embarcation peut être chargée. Le périple de la fête de la science continue, nous partons maintenant à la rencontre des peuples Teko et Wayampi, peuples que la Canopée des sciences a déjà rencontré par le passé pour d’autres projets.

Virtuelle ou non, la réalité nous immerge au-delà de nos espoirs…

Après plusieurs heures de fleuve et de forêt vierge, nous arrivons en territoire Teko. Les Tekos sont l’un des six peuples amérindiens de la Guyane. Aujourd’hui sédentérisés, les Tekos sont issus d’ethnies amazoniennes semi-nomades. Leur présence est attestée depuis le XVIe siecle, mais ils ont failli disparaître, au point que dans les années 1960, seuls 50 individus avaient réussi à survivre. En 1849, le rapport de Bagot, commerçant et pionnier très attaché aux indiens de Guyane, alertait déjà sur leur sort, il notait que les Emérillons, ancien nom donné aux Tekos, avaient été décimés par les épidémies de rhumes et de fluxions de poitrine, maladies colportées par les voyageurs européens. Ils souffraient également de persécutions d’autres éthnies et d’abandon commercial depuis que les colporteurs ne remontaient plus la Camopi par crainte de rencontrer les Bonis, ethnie de Noirs réfugiés descendants d’esclaves évadés.

Leur histoire est longue et ne peut être résumée sur ce blog mais dans la pirogue, Siméon m’explique que son peuple ne doit sa survie qu’au fait que ce groupe de 50 individus se soient mélangés avec les Wayampis. Ils tentent aujourd’hui de préserver leur culture et leurs traditions.

Fin de journée, Camopi nous accueille pour une nuit, 1ère étape avant Yawapa-Trois-Sauts.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *